Joël Fabing

Joël Fabing

Joël Fabling découvre le spectacle vivant au Caveau des Trinitaires à Metz. Puis régisseur lumière à l’Arsenal de Metz durant sept ans, il crée les éclairages des concerts de musiques vivantes (Didier Lockwood, Diane Reeves, Nguyen Lee…). En 1998, il participe à l’ouverture de l’Auditorium de Dijon, et dès 2003, il assure les créations lumière pour les productions du Ballet de l’Opéra de Dijon.  À partir de 2005, il signe les éclairages pour les opéras mis en scène par Éric Perez : Le Dialogue des Carmélites, Les Caprices de Marianne, Le Vaisseau Fantôme, Macbeth et Aïda. Il collabore également comme éclairagiste sur les mises en scène à l’opéra, de Michel Fau : Madame  Butterfly et Tosca de Puccini, ainsi qu’avec Régis Santon : Orphée aux enfers, avec Gerhard Weber : Faust de Gounod et avec Olivier Desbordes : Neues Vom Tage. Depuis 2010, il crée les lumières pour les mises en scène de Michel Fau ; au Théâtre de la Madeleine : Maison de poupée (Henrik Ibsen) et Nono (Sacha Guitry), au Festival de Théâtre de Figeac : Britannicus (Racine) et Brûlez-là ! Zelda la Magnifique (Christian Siméon), à la Comédie des Champs-Elysées : Que Faire de Mister Sloane (Joe Orton), à l’Opéra Comique Ciboulette (Reynaldo Hahn) et au Théâtre de l’œuvre Le Misanthrope. En 2015, il crée les éclairages pour Dardanus (Rameau) à l’Opéra de Bordeaux, Un amour Qui ne Finit Pas (Roussin) au Théâtre de l’Oeuvre et Fleur de Cactus (Barillet et Gredy) au Théâtre Antoine.

Spectacles
© 2013 Opéra Eclaté - Création Pixbulle